Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Illustration/Bande dessinée Bac 2&3

Home /

Adapations : "Le K" Dino Buzzati (29/09/20 - 10/1020)

BD/ILLU BAC2
Septembre 2020 - Sujet 2

ADAPTATIONS

Le K et autres nouvelles de Dino Buzzati

À partir d’une sélection de nouvelles tirées de « Le K » de Dino Buzzati, vous allez produire un récit en image.

Cet intitulé est un prétexte pour aborder sur les 5 prochaines semaines une séries de problématiques qui nous occupent lorsqu’il s’agit de produire de la littérature dessinée.

Ne croyez pas que la proposition d’une adaptation est une manière de vous faire gagner du temps en vous déchargeant d’un des aspects du récit en image : le récit ! Vous ne partirez pas d’une page blanche, certes, mais vous allez devoir vous demander ce que vous choisissez de raconter à travers l’adaptation de la nouvelle choisie, tout en vous demandant comment vous allez ventiler ce récit dans une séquence d’images. Votre récit doit être autoportant. Il peut-être lu par quelqu’un qui ne connaît pas le texte original.

Comme pour toute les propositions faites pendant l’année, vous avez la possibilité de dériver, et peut-être saisirez vous seulement une aspérité du texte, quelques phrases éblouissantes, une description, un paysage, une atmosphère... Les nouvelles de Buzzati ont une grande puissance d’avocation visuelle et c’est pour cela que nous les avons choisies.

Au delà des questions liées à la problématique de l’adaptation, cette proposition sera l’occasion de réfléchir ensemble dans les cours à venir :

  • 1. Aux rapports possibles entre le TEXTE et l’IMAGE (MONTRER et DIRE) :
  • Le texte et les mots peuvent s’articuler de multiples façons (redondant, complémentaire, disjonctif...), la combinaison la plus riche se trouvant dans l’interdépendance du texte et du dessin lorsqu’ils parviennent à faire passer une idée qu’aucun d’eux ne serait capable de véhiculer seul.
  • 3. Aux possilibtés de l’IMAGE isolée :
  • Choix du/des moments représentés (moment-clé), multiaction, image suggestive...
  • 2. À l’articulation de la SÉQUENCE :
  • La séquence se construit dans un rapport à l’ESPACE (comment je construis une page, comment je construis l’image dans une case, comment je combine le texte et l’image dans l’espace....) et au TEMPS (comment je ventile mon récit dans un découpage - ellipses, flashback, raccourcis, rupture, simultanéité...)


CONDUITE :

Nous l’avons dit, vous êtes libres de dériver, cependant, nous proposons une conduite et quelques contraintes de travail :
- Choisissez la nouvelle qui vous a le plus « impressioné » : pensez à l’impression visuelle qu’elle vous a procuré, cette impression doit être forte et perdurer.
- Partez de l’image la plus forte, la plus claire à votre esprit, donnez lui une présence, mettez la sur papier, chercher à la rendre visible, lisible, vous élargirez ensuite votre récit aux scène précédentes et suivantes.
- Vous devez un travail de recherche, chaque nouvelle se déroule dans des environnements spécifiques, documentez-vous.
- Travaillez l’atmosphère. Pour cela, n’hésitez pas à investir une recherche plus plastique, trouvez vos outils en fonction de l’univers qui est déployé dans le récit.
- Travaillez l’irruption du fantastique.
- Nous proposons l’usage de 1 à 3 couleurs max. (Noir et blanc possible)
- Minimum 5 pages (ou équivalent)

EVALUATION :

Ce travail sera évalué sur votre capacité à produire une adaptation singulière, sur le travail des atmosphères que vous allez restituer, et sur la manière dont vous allez faire cohabiter le texte et l’image pour véhiculer du sens à travers votre récit. Le travail sur le texte, le découpage ainsi que l’ensemble du processus de recherche graphique sera observé.

À PROPOS DU TEXTE :

« Il colombre e altri cinquanta racconti » édité en italien en 1966 (« Le K » en français, édité l’année suivante)
est un recueil de 50 nouvelles relativement courtes.
Avec « le K », titre de la première nouvelle, Buzzati inaugure une série de textes aux atmosphères chaque fois différentes, inquiétantes parfois et dont la structure est assez récurrente : un départ ancré dans le quotidien, l’irruption, ou le glissement vers une dimension fantastique, puis un retour au réel qui nous laisse avec quelque chose qui nous parle de notre nature humaine, et pas sous ces meilleurs aspects : méfiance, orgueil, ignorance, avarice, ambition dévorante, jalousie, mais aussi de notre angoisse du néant, de l’échec, du temps qui passe et de notre condition de mortel.
Beaucoup d’humilité et de l’invention dans les textes de Buzzati à travers de atmosphères chaque fois différentes.

QUELQUES REPÈRES DANS LE PROCÉDÉ DE DÉCOUPAGE :

- décomposer l’histoire : quelle structure, quels sont les moments clés, le rythme : ralentis, pauses, accélérations, ellipses...

- tri des informations : quelles informations sont portées par le texte, par l’image ? Comment l’information est-elle ventilée, a-t-on tous les éléments nécessaires à la compréhension du récit ?

- personnage principal : psychologie, caractérisation, description, cherchez le au dessin. Il n’y a pas de personnage universel !
- personnages secondaires : idem

- point de vue des personnages et point de vue de l’histoire : qui parle ?

- Identifier au travers de l’écriture dans quel rapport de plan nous pourrions-nous trouver (proche, lointain, travelling...)

QUELQUES RÉFÉRENCES :

Rapport au fantastique :

- Jesse Jacobs Safari lune de miel, Sous la maison (éd. Tanibis)
- Manuele Fior Les jours de la merlette, L’entrevue (éd. futuropolis)
- Francesco Cattani Lune du matin (éd.Atrabile)
- Olivier Schrauwen Gris (éd. Arbitraire/ rééd. Actes Sud BD)
- De Pierpont/ Lambé Paysage après la bataille (FRMK/Actes Sud BD)
- Blutch La volupté (éd. Futuropolis)
- Charles Burns Black Hole (éd. Panthéon)
- Michael Deforge Big Kids (éd. Atrabile)
- Kazuo Umezu Je suis Shingo, La femme serpent, La maison aux insectes (éd. Le lézard noir)

- "CODA"court-métrage animation Allan Holly

crédit photo d’illustration : VANNICOLA Valentina, l’enfer de Dante série photo 2013

Par Joanna, 29 septembre 2020