Transcript - synthèse des erreurs

L’écriture dramaturgique comportementale produit un texte très typé, fruit de ses contraintes très strictes. De même les erreurs commises dans les tentatives de le produire, sont elles-mêmes très reconnaissables. Nous vous fournissons ci-dessous un inventaire des 7 travers dans lesquels certains d’entre vous ont glissé, en laissant d’autres s’y vautrer, pour ne pas dire, s’y rouler.

Précédent | 6/13 | Suivant

Défaut de comportementalisme

C’est l’erreur la plus courante. On la repère lorsque, dans le texte, on tombe sur des synthèses du genre : « il s’approche du lit, se penche sur son père et dit :», alors que l’action ainsi décrite prend pas moins de 20 secondes de film. C’est ici que la longueur d’un texte rapportée à la durée est un critère d’évaluation de sa qualité. Selon cette convention, prendre une ligne pour décrire 20 secondes est mécaniquement trop peu.

Psychologisme & jugement de valeur

« Il est triste », « la pièce est sobrement décorée ». Complément du programme cité ci-dessus, ce terrible défaut d’écriture comportementale n’a pas soumis son texte au tribunal des questions : à quoi ça se voit ? A quoi ça s’entend ? La tristesse a des caractéristiques perceptibles, extérieures et c’est de la description de celles-ci que la lecture doit induire ce sentiment, certainement pas le contraire. Il y a 1.000 façons de manifester la tristesse, c’est du choix de ces façons, et de leur articulation que vient votre précision poétique, votre invention de caractère. Le type de mobilier, la disposition des accessoires, les ornementations diverses, la présence d’images, tableaux ou photos, etc ... signifieront, quant à eux, « en acte » la sobriété prétendue du lieu où se déroule la scène.

Omissions descriptives

Souvent sont négligées certaines descriptions de personnages, de lieux, d’activités. Ici Johnny est « un jeune homme de 25 ans » point, à la ligne ; là, il est bien habillé d’une veste en cuir, mais sa mère semble nue ; quant au décor, il se réduit parfois à « une chambre » sans autre forme de précision, et l’action peut n’être plus qu’une « traversée de pièce ». Pourtant, c’est la coexistence des 3 dimensions qui donne une consistance visible et audible à l’ensemble de la scène.

Désynchronisation du texte et de l’action

Pourquoi parler de la pluie à la 20ème ligne alors qu’on l’entend de la 1ère à la dernière seconde de la pièce et signaler la casquette de Johnny au moment où il l’enlève ? Il faut se souvenir que c’est le rythme même de la lecture qui construit, par lui, le développement visible et audible de la scène. Faire narration, c’est révéler les choses quand elles doivent apparaître. Ça va de soi.

Discontinuité textuelle

Si la scène est un continu d’espace-temps (c’est même sa définition), le transcript se doit d’être un continu textuel qui l’induit. Les catalogues d’indications discontinues du type : garçon – casquette – larmes sont donc textuellement ridicules.

Imprécision dans les articulations de l’activité

Selon le principe évoqué au cours des cordes et des nœuds, une activité unique se compose et décompose souvent en un organisme de moments fait de variations continues (les cordes) et de ruptures signifiantes (les nœuds). Un regard est rarement fixe et immobile, de même qu’un baiser, qu’une entrée ou une sortie de pièce, qu’une poignée de main ou qu’un coup de flingue. Il faut donc sans cesse revisiter les descriptions d’activité pour les articuler de façon complexe. C’est dans cette articulation qu’apparaît, en plus de la précision, l’invention poétique.

Indications de découpage technique

Le scénario est la première étape de la construction d’un récit, quel que soit sa destination (cinéma, bande dessinée, animation). Il ne contient pas de notation à l’adresse du chef opérateur et du metteur en scène quant au placement de la caméra, son mouvement, la grosseur des plans, etc. « La caméra l’accompagne », « gros plan sur une main », sont proscrits en tant que tel. C’est le rôle par contre du scénario de l’induire : « une larme perle au coin de son oeil » induira, sans le dire, un gros plan. « Des nuages gris-bleus traversent rapidement l’arrière des buildings à appartements » induira quant à lui un plan large.