Exercice 12 : le monde diffus

Nous avons donc passé en revue les trois axes de la construction dramaturgique (personnages/relations/structure) sous l’angle de la concentration et de la diffusion. Comme nous l’avons maintes fois évoqué, ces découpes du récit sont conceptuelles. Dans les faits, les personnages exploitent leurs relations à l’intérieur d’une structure d’événements qui déterminent leur caractère. Pour terminer cette année riche en exercices imposés, un peu de relâchement enfin dans un exercice personnel permettant d’utiliser ces outils fraîchement gagnés.

Précédent | 13/13

Si l’application de la concentration demande rigueur, construction causale, caractère perceptible, relations identifiables, la diffusion n’est pas juste une suppression de ces rouages mécaniques : elle est au contraire l’injection dans le récit de qualités autres : caractères troublés, au comportement plus riche et plus complexe, relations lâches et multiples, structure accidentée, tendue puis relâchée. Le tout pour échapper au ronron des histoires trop bien ficelées que nous livrent les récits respectueux de la dramaturgie aristotélicienne, mais aussi éviter les travers de la diffusion, que la modernité a érigé en dogme tout aussi rigide.

Objectif

Construire un récit dans un médium de votre choix, utilisant l’ensemble de outils de concentration et de diffusion de manière combinée, pour obtenir ce que nous appelons dans le cadre de ce cours une dramaturgie intégrée.

Déroulement

1) Dans un corpus proposé de 25 images, vous en extrairez 6. Ajoutez 4 images de votre boite à image, pour la dernière fois. Disposez-les pour constituer une séquence. Ce sont des indications du monde de votre narration à venir.

2) Constituer le squelette d’un récit en plaçant des textes sous ces images. On doit retrouver dans cette première étape un événement déclencheur, un plot OU un climax, au choix. L’écriture sera proche du step outline et doit rester comportementale (on s’en détachera si on veut par la suite), pour que se dessine le "type" de récit que vous allez constituer. Partez des images, essayez de ne pas constituer "de tête". Vous pourrez changer l’une ou l’autre image qui est inexploitable par la suite mais évitez le piège de la page blanche en restant dans la logique associative sauvage utilisée pendant toutes nos séances.

Il nous reste trois séances de cours après les vacances de Printemps, dont une sera juste le moment de la remise.
Vous viendrez durant les deux derniers cours nous montrer l’avancement de votre récit. Une liste vous sera communiquée, donnant les heures de rendez-vous par groupe de 5. C’est l’occasion de montrer vos résultats, exposer vos atermoiements et d’écouter les commentaires des autres. Ne loupez pas ces rendez-vous, ce sera assez mal perçu.

3) Développez les 10 "moments" du récit. Strip dessiné, récit continu, texte illustré ou séquence vidéo, c’est selon. Gardez le comportement en ligne de mire, bien que l’aspect diffus de l’exercice permette un peu plus de largesse de ce côté.

Cette étape est une étape de transposition, ce qui veut dire que les images en tant que telles ne doivent pas être employées. Recréez-les à votre guise. De même la temporalité accordée à chaque image est libre. Une image et son texte peut durer une fraction de seconde ou 90% du récit selon la portée que vous lui donnez.

La forme, elle aussi, est libre. Composez cependant à quelque chose qui puisse tenir dans le temps imparti. Pas d’épopée super ambitieuse avec trois pages pour commencer à amener une situation, qui resteront inexploitées faute de temps. Un livre court, une vidéo en plan séquence, des strips, trouvez la bonne méthode pour nous livrer quelque chose qui a du corps et pas l’ébauche d’une oeuvre géniale de 600 pages dont vous serez obligé de nous conter le synopsis avec de grands mouvements de bras.

4) Livrez-nous le tout de manière à ce que nous puissions le lire de manière cohérente sans votre présence, car c’est ce que nous ferons.

5) Remettez ce travail ainsi que les éventuelles corrections des deux autres (« Le monde concentré », « La structure dramatique diffuse ») lors de la séance de cotation le 8 mai, et partez le coeur léger préparer votre jury.

Documents montrés

Un extrait de Elephant d’Alan Clarke, 1989
Un recit de Frank, de Jim woodring
Un récit de Teratoid Heights de Mat Brinkman (1994-1999)
Un extrait De De la viande de chien au kilo
Le récit "Le roseau" de Taniguchi
Un extrait de Des chiens, de l’eau de Anders Nilsen, 2004
Passe partout de Killofer
L’exposition de THX 1138 de Georges Lucas
Connard de Stéphane A.M.
La volupté de Blutch
Les mousquetaires de la résurrection de Pierre La Police
Guardian_Of_The_Kingdom de Tom Gauld
NWAI de Antoine Cossé

Durée

Exercice en 3 séances, seul, avec un rendu lors de la cotation finale en mai.