Exercice 7 : le dé-transcript

Le script, on l’a vu, est la base écrite sèche de toute mise en scène mais comportementale d’un récit. Il condense dans son écriture le plus d’indications possibles sur la situation décrite, qui sont autant de repères pour les personnes qui s’en saisiront en aval de son écriture. Il s’agira avec cet exercice de se confronter avec sa mise en image.

Précédent | 8/13 | Suivant

Par sa longueur, il indique la durée potentielle de son déroulé (45 secondes à une minute par page). Par la succession des éléments décrits, il suggère des plans et travelling.
Ainsi le texte suivant :
“Dans un paysage post-industriel d’aciérie à l’arrêt nous découvrons sur une route longeant un mur de béton taggué une voiture de luxe noire flambant neuve à l’arrêt, portière conducteur ouverte. Kevin, un homme de 25 ans, habillé d’un training aux motifs dorés, casquette de base-ball à l’envers et aux dents abîmées est assis sur le capot, un pied sur le pare choc, laisse la cigarette entre ses doigts manucurés se consumer sans bouger, le regard posé sur un revolver dans son autre main.”
suggère le passage d’un plan large à un gros plan.

Réaliser ce qui se trouve dans le scénario implique cependant de la créativité puisqu’on transfère un contenu d’un médium textuel à un autre médium.

Pour cet exercice, symétrique au premier exercice de ce quadrimestre, il s’agit de traduire le scénario en un roman photo ou pour les plus aventureux, en bande dessinée. Le texte deviendra donc une succession d’images, dont il faudra produire le découpage à même de nous faire comprendre l’action et son rythme, les plans à même de traduire l’émotion particulière aussi bien que la taille même des images et leur disposition dans l’espace de la page. Le choix du lieu, le jeu d’acteur achèvent de donner la coloration particulière de votre interprétation.

Objectif

Partir d’un scénario lui-même issu d’un transcript, proposer une adaptation sous la forme d’un roman photo ou d’une bande dessinée de 4 pages minimum.

Contraintes

Chaque groupe de 4 à 5 étudiants reçoit le même transcript. Le scénario doit être respecté, il n’est pas ici question de s’en inspirer mais de respecter ses indications et de travailler la mise en scène pour en sortir une narration convaincante.

Après une lecture commentée du texte, dans laquelle sera dégagée l’action générale et son articulation, chaque groupe travaille à l’interprétation du texte. Un plan des lieux, un découpage sommaire, le dessin de quelques plans seront esquissés pour pouvoir synchroniser le travail en équipe.

Il est important de se poser la question de l’interprétation du texte. Que signifie la séquence, quelle émotion est-elle censée véhiculer, quel caractère voulez-vous lui donner ? Ceci influencera à la fois le rythme, la technique, les plans, la manière de découper et de séquencer les actions.

L’équipe repère un ou plusieurs lieux et se lance ensuite dans la réalisation du récit. Si le médium choisi est le dessin, l’équipe se distribue le travail. Découpage, documentation, crayonnés, encrage et dialogues peuvent se travailler si le groupe arrive à trouver une organisation interne.

Le travail en groupe est un vrai enjeu dans cet exercice, et non un de ses effets secondaires. Un groupe qui n’arrive pas à s’organiser est un échec.

Matériau fourni

Un script de deux pages

Matériau à réunir par les étudiants

Un roman photo produit à partir de tout ce que vous avez sous la main : vous-même en tant qu’acteurs, les lieux accessibles en tant que décor, vos appareils photos et ordinateurs pour photographier et monter, et écrire OU une bande dessinée de quatre pages au moins. Des techniques mixtes sont aussi possibles.

Le travail est à rendre sous forme d’un livre relié, noir et blanc ou couleur, lisible (veillez à ce que les images soient toujours correcte après impression). Le PDF nous sera aussi remis par mail ou sur clé.

Documents projetés

99 exercices de style de Matt Madden
Le clip vidéo de “Bachelorette” de Bjork par Michel Gondry