Fusil de Tchekhov

Précédent | 25/65 | Suivant

Se dit d’un élément préparé en douce, c’est-à-dire présenté comme un détail non-signifiant en début de récit -souvent pendant l’exposition-, et exploité souvent en fin de récit.
Tout l’enjeu consiste à l’amener de la manière la plus superflue possible, alors qu’en fait il est la démonstration même du principe d’économie de la dramaturgie : tout ce qui est placé est nécessaire :
« Supprimez tout ce qui n’est pas pertinent dans l’histoire. Si dans le premier acte vous dites qu’il y a un fusil accroché au mur, alors il faut absolument qu’un coup de feu soit tiré avec au second ou au troisième acte. S’il n’est pas destiné à être utilisé, il n’a rien à faire là. » — Anton Tchekhov