3 lieux, un exercice géographique

La dramaturgie transforme un ensemble d’événements en une trajectoire palpable, ou à la déjouer en tout ou en partie. Si cette trajectoire peut être immobile (par exemple, 12 hommes en colère montre la transformation de l’opinion d’un ensemble d’individus sans qu’ils ne quittent la pièce où ils sont entrés), elle exploite souvent des lieux différents.

Précédent | 10/10

Nous avons parlé lors du premier quadrimestre de la précision du caractère et des comportements, nous allons maintenant tenter de porter notre regard sur des lieux. Un lieu peut être un décor, mais il est souvent signifiant, au moins par défaut. Ses qualités spécifiques sont le fruit d’une causalité (pourquoi sommes-nous là ?), et en retour produit de la causalité par ses caractéristiques : familier, hostile, glacial, festif, etc.

Nous vous demandons dans cet exercice de créer une narration se déroulant dans 3 lieux. A vous de mettre en relation ces trois lieux. Ils peuvent simplement se succéder, ou exister simultanément, ou être l’occasion d’aller-retour. Ils peuvent être spectaculairement différents ou au contraire très proches. Ils peuvent avoir des échelles différentes, ou encore se situer dans des temporalités différentes.

Contraintes

La première étape de cet exercice est une marche dans la banlieue de Bruxelles. Il ne s’agira pas (seulement) d’une balade, puisque nous vous demandons d’identifier, par groupe de deux, trois lieux spécifiques lors de cette balade. Soyez généreux et attentifs : si vous flashez pour 5 lieux, vous pourrez en abandonner deux ensuite. Si à la fin de la balade, vous n’en avez trouvé aucun, il y aura un problème.
Ces lieux sont spécifiques, c’est à dire qu’ils sont précis et délimités. Ce ne sera pas "la forêt" mais quelque chose de plus précis.

Un chêne, un hêtre, un sorbier. Une adresse, une façade, une maison. Un coin, un emplacement, une encoignure, un renfoncement. Une étape ?
Un passage, un périmètre, un territoire. Une position, un terrain. Une zone, un secteur. Un pont, un tunnel, une allée, un chemin, un sentier. Une passerelle, une venelle, un cul-de-sac.

Le but est de pouvoir collecter un agencement d’éléments précis, de le décrire ou le dessiner (prenez un carnet et de quoi noter/dessiner), le photographier, le filmer, y collecter des traces. En cinéma, c’est ce qu’on appelle du repérage, et c’est un métier. Donner un nom à ce lieu, qu’il soit réel (lieu dit) ou fictif ou technique (position GPS).
En fin de balade, nous nous retrouverons à l’erg pour débriefer, et vous montrer des narrations qui nous semblent particulièrement intéressantes en regard de cette thématique. Un ou deux films seront proposés à notre ciné-club.

La deuxième étape sera mutualiser les sources : lors du deuxième cours, les dessins seront affichés pour que tous puissent les regarder, tandis que les images et vidéos seront archivées sur le cloud de l’erg.
De là, vous allez partir des trois lieux sélectionnés pour construire votre récit. Jouez des écarts, des ambiances, des objets, architectures, éléments naturels, météo, pour créer une tension dramatique. Appuyez vous sur les qualités visuelles des lieux. Appuyez-vous sur les qualités spécifiques du ou des medias que vous choisirez d’utiliser pour restituer une sensation convaincante de ces lieux.
Une fois que vous aurez ébauché votre récit, il est possible qu’il soit nécessaire de retourner sur place pour finaliser le projet. Préparez ce retour de telle manière à le maximiser.

Rendu

La forme est libre, mais rappelez-vous que nous sommes dans une école graphique : le texte seul n’est pas une option. Le résultat fera partie des travaux à rendre lors de la cotation de mai.

Durée

4 semaines, marche y compris.

Références

Les références ne manquent pas, mais en voici quelques unes dont nous vous parlerons certainement.
Body World de Dash Shaw
Des batisseurs de Yannick La Machia
Par delà la vallée de Richard de Michael Deforge
Le manoir de Josh Simmons
Crépuscule de Jeremy Perrodeau
NWAI de Antoine Cossé
Mystery train de Jim Jarmush
L’homme qui marche de Philippe de Pierpont