Story, écrire un scénario, de Robert McKee

Catégorie : essais et articles

McKee est un des gurus de l’écriture de scénario holywoodien. A partir de 1983, il crée une série de cours à l’Université de Californie du Sud, qui deviendront des séminaires sur l’écriture de scénario et de dialogues pour le cinéma et la télévision du nom de « Story ».

Inutile d’attendre de lui une vue intéressée sur la création dite « indépendante ». McKee est assez clair dans son « Écrire un scénario ». Il positionne tous les récits dans un triangle en pointe sur lequel trône « l’intrigue principale », forme canonique du récit, et en bas se placent la « mini-intrigue », version dégradée de celle-ci, et « l’anti-intrigue », version anti-conformiste uniquement appliquée à faire le contraire de la version canonique des récits.

McKee considère donc une grande partie de la production dite d’auteur (avec une critique assez juste du terme), qu’il associe à une certaine production européenne, comme snob, et adolescente, toute occupée qu’elle est à faire le contraire de ce qui est reconnu comme fort et efficace. Certains moments portent à rire tellement son discours paternaliste ne laisse aucune place au doute.

Si les gros points de mécanique narrative sont ce qui intéresse l’auteur et donc fait l’intérêt de la lecture, son système de pensée peine à saisir les qualités intrinsèques des récits ailleurs que dans cette mécanique. Et c’est un peu normal, puisque l’auteur s’intéresse au métier par le prisme de l’écriture de scénario. La relation entre écriture et medium utilisé pour la réalisation n’est pas de son ressort, et est largement ignorée.

Mais une fois ce cadre posé, le livre reste celui d’un homme intéressé et influent dans le milieu du cinéma, et cette lecture permet de comprendre nombre de réflexes d’écriture présent dans un nombre massif de récits auquels nous sommes exposés.