Milford Graves Full Mantis

Catégorie : Film, Références
Par Peggy Pierrot, 30 septembre 2019

Un film de Jake Meginsky et Neil Young

(Narration et musique #1)

Le film Milford Graves Full Mantis nous donne accès à plusieurs aspects métaphysiques et politiques de la musique de recherche de Milford Graves, à travers une narration poétique et libre – comme la musique de ce batteur américain.

Beyond Polymath, Milford Graves, 2017

A la fois thérapeute, acupuncteur, jardinier, programmeur informatique et bidouilleur d’électronique, sculpteur, athlète créateur de l’art martial Yara, Milford Graves, lie corps et musique (battements du cœur, rythmes corporels et rythmique musicale, système parasympathique et gammes mineures) à un niveau de précision, cellulaire, rarement atteint avant lui.

Yara is a Yoruba word that means to be nimble or flexible. Actually it’s spontaneous improvised, and it’s reacting according to that particular situation. .
Milford Graves

Polymathe, en plus d’apporter sa pierre de taille à la musique du XXe siècle, en détachant progressivement son jeu de percussions de la nécessité de marquer le tempo, il a également apporté sa contribution à différents domaines touchant la santé et la biologie cellulaire (il a été laborantin). Ses recherches sur les rythmes cardiaques l’ont amené à collaborer avec des équipes médicales, aussi bien que des équipes de recherche sur les cellules souches.

Pourquoi cette attention médicalo-musicale portée aux maladies cardiaques et comment les traiter, via la musique et l’herboristerie ? L’hypertension est endémique chez les afro-américains, population qui dispose le moins d’une assurance santé aux États-Unis.

Full mantis affiche

Full Mantis est l’occasion d’aller à la rencontre des recherches de Milford Graves, à cheval entre naturopathie et sciences, entre musique et art-thérapie… mais aussi pédagogie, puisque l’enseignement a fait partie intégrante de son travail, pendant plus de trente ans. Full mantis est d’ailleurs le travail de l’un de ses étudiants, musicien passé derrière la caméra pour l’occasion.

Depuis chez lui, à Jamaica, New York, où se situe sa maison/jardin/atelier/laboratoire/dojo, il tisse la toile de sa pratique entre arts et sciences, et déroule le fil d’une narration musicale ancrée dans l’histoire afro-américaine, les pieds englués dans la boue humide de son jardin, d’où il accorde les rythmes de son talking drum sur les vibrations rendant possible une meilleure cicatrisation (healing) d’abord de la communauté de ses voisins et amis, avec ses tisanes et racines, puis planétaire, avec ses disques.

https://www.milfordgraves.com/
https://www.fullmantis.com/

Speaking in Tongues, par Doug Harris, 1982.
Un documentaire, plus classique dans sa forme, sur Milford Graves et David Murray.
https://bit.ly/2oHuLQn
https://blogthehum.com/2016/04/05/speaking-in-tongues-a-documentary-on-milford-graves-from-1982-featuring-david-murray-in-three-parts/

Voir aussi
https://getreelmovies.com/sxsw-2018-interview-milford-graves-full-mantis-director-jake-meginsky/
https://nmbx.newmusicusa.org/milford-graves-sounding-the-universe/
https://thequietus.com/articles/25007-milford-graves-full-mantis-jake-meginsky-interview